Culture & confiture

culture confiture # 8

Les restaurats ou restaurants, bouillons très concentrés et nutritifs, étaient des plats uniques aux vertus revigorantes, censés rétablir une santé chancelante et restituer une énergie émoussée après un long voyage.

Il s’agissait de bouillons où étaient plongés de grandes quantités de viande, de légumes, de gousses, du beurre, des herbes, du sucre candi, des épices, de l’orge ou du pain grillé. Ces restaurants étaient cuits longtemps et réduits pour concentrer les sucs des différents ingrédients.

Le premier restaurant, dans l’acception moderne, est ouvert à Paris, rue des Poulies, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger, qui fut appelé « restaurateur ». Il avait mis sur sa porte « Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai ». Il inventa le nom de « restaurant » dans son sens actuel car on trouvait chez lui, quand on le  voulait, de la nourriture servie sur table, à prix fixé à l’avance,  proposée sur une carte.nn

Sources: Atlas mondial des cuisines et gastronomies, Gilles Fumey et Olivier Etcheverria et Wikipedia.

culture confiture # 7

Les lois somptuaires:

J’ai lu ce passage, et j’ai pensé à nos pratiques actuelles pendant les fêtes… ce n’est pas si loin de nous finalement… 

« Avec l’empire, au 1er siècle avant J-C, la tendance des romains à engloutir des montagnes de nourriture se développe, prenant parfois des dimensions inquiétantes.
Voilà pourquoi les lois somptuaires sont votées tout au long de l’histoire de Rome: ces lois ont pour but d’empêcher les romains de vivre de façon trop somptueuse, de dilapider leur argent dans des épices ou des mets rares.
Les lois somptuaires limitent le nombre de convives à un banquet afin d’en limiter le coût, ou interdisent certains pratiques que les romains appréciaient, comme jeter la nourriture dans les eaux du Tibre pour impressionner les invités… »

Source: L’alimentation dans l’Histoire – Autrement

Mais que tout cela ne nous empêche pas de:

Photo : Culture confiture # 7</p><br /><br /><br /><br />
<p>Les lois somptuaires:</p><br /><br /><br /><br />
<p>J'ai lu ce passage, et j'ai pensé à nos pratiques actuelles pendant les fêtes... ce n'est pas si loin de nous finalement... ;-)</p><br /><br /><br /><br />
<p>"Avec l'empire, au 1er siècle avant J-C, la tendance des romains à engloutir des montagnes de nourriture se développe, prenant parfois des dimensions inquiétantes.<br /><br /><br /><br /><br />
Voilà pourquoi les lois somptuaires sont votées tout au long de l'histoire de Rome: ces lois ont pour but d'empêcher les romains de vivre de façon trop somptueuse, de dilapider leur argent dans des épices ou des mets rares.<br /><br /><br /><br /><br />
Les lois somptuaires limitent le nombre de convives à un banquet afin d'en limiter le coût, ou interdisent certains pratiques que les romains appréciaient, comme jeter la nourriture dans les eaux du Tibre pour impressionner les invités..."</p><br /><br /><br /><br />
<p>Source: L'alimentation dans l'Histoire - Autrement</p><br /><br /><br /><br />
<p>Mais que tout cela ne nous empêche pas de:

culture & confiture # 6

Charles Martel gagne un fromage !

En 733, la victoire des soldats francs à la bataille de Poitiers met fin à la progression des Sarrasins en occident, mais que deviennent les soldats arabes, venus avec toute leur famille ?Certains restent sur place, vraisemblablement cachés dans les forêts du Poitou, ils survivent comme ils peuvent grâce aux quelques chèvres qui les accompagnaient. C’est à eux que l’on doit les délicieux petits fromages de la région, le Chablis et le Chabichou, deux appellations venant de la déformation du mot arabe « chebli », signifiant chèvre.

D’abord vendus à la sauvette aux portes des villes de la région, on les trouve rapidement sur les marchés locaux, et ces Sarrasins deviennent peu à peu d’authentiques Poitevins !Source: Historia n° 11765 « La cuisine gourmande d’autrefois. »

C’est pas beau un bébé chèvre ??? (quand je pense que je viens d’acheter une paire de gants en chevreau…….)

a3e8e7ad9d4f89c9cc2a03f849b42923

culture & confiture # 5

C’est en dégustant un paquet de chips au wasabi (hyper bon) que la question est venue ?

Qui a inventé les chips ?

Ils seraient nées aux Etats-Unis dans le restaurant Moon’s Lake Lodge de Saragota Springs, dans l’Etat de New York, le 24 août 1853.
Ce serait un ancien traqueur devenu cuisinier, George Crum, qui les aurait inventées, énervé par un client qui ne cessait de renvoyer ses frites, trop épaisses à son goût.
La troisième fois que cela se produisit, Crum, enragé éminça les pommes de terre en lamelles très fines, qu’il fit frire, sala abondamment, puis renvoya au client en espérant que celui s’étranglerait en les mangeant. Mais celui-ci les trouva succulentes et c’est ainsi que les Saragota Chips devinrent la spécialité du restaurant. (source: edélices.com, épicerie fine)

http://www.originalsaratogachips.com/

téléchargement

culture & confiture # 4

Le kiwi !
Oui mais pourquoi ? Pourquoi le fruit de l’ »actinide de Chine » se nomme le « kiwi » ?
Que s’est-il passé ? Raisons politiques ! ET OUI !
Lors de la guerre froide, ce nom rappelant la Chine devient un problème pour sa commercialisation aux États-Unis. Sa culture se développant en Nouvelle-Zélande, à partir de 1953, les Néo-zélandais l’appelèrent donc « kiwi », sa peau velue rappelant celle de l’oiseau du même nom, emblème du pays. « Kiwi » a été adopté comme marque déposée à partir de 1974.Les kiwis sont aujourd’hui cultivés en France et il s’agit d’un fruit d’hiver donc nous entrerons dans la saison vers le mois de décembre jusqu’en avril !

page

Source: wikipédia

culture & confiture # 3

« Il est amusant de constater que les plats typiquement du terroir doivent tout ou presque au Nouveau Monde: c’est le cas de la ratatouille dont les poivrons, les courgettes et les tomates sont d’origine amérindienne, l’aubergine d’origine indienne, l’olive d’origine grecque – seuls l’ail et l’oignon restent d’origine autochtone. »
On ne parle pas du cassoulet dont les haricots blancs et les tomates viennent tout droit de l’Amérique du sud !

La mondialisation à table – Jean Vitaux.

Photo : Culture confiture # 3:</p><br /><br /> <p>"Il est amusant de constater que les plats typiquement du terroir doivent tout ou presque au Nouveau Monde: c'est le cas de la ratatouille dont les poivrons, les courgettes et les tomates sont d'origine amérindienne, l'aubergine d'origine indienne, l'olive d'origine grecque - seuls l'ail et l'oignon restent d'origine autochtone."<br /><br /><br /> On ne parle pas du cassoulet dont les haricots blancs et les tomates viennent tout droit de l'Amérique du sud !</p><br /><br /> <p>La mondialisation à table - Jean Vitaux.

 

culture & confiture # 2

Comment les vergers sont entrés dans les bouteilles ? L’interdiction de consommer de l’alcool aux Etats unis de 1920 à 1933 a contribué à mettre sur le marché des boissons de substitution non alcoolisées. Les industriels rivalisant d’inventivité dans les marques ont exploité ce nouveau créneau durant tout le 20ème siècle: Grapp Cur, Granini, Réa…

Et c’est ainsi que les jus, nectar et autres sont nés !

Source: Atlas mondial des cuisines et gastronomies – Autrement.

 

culture & confiture # 1

La cuisine chinoise doit faire face à la pauvreté de combustible. La rareté du bois a conduit les cuisiniers chinois à élaborer des procédés permettant de cuire un plat en 10 ou 15 minutes sur la braise ou le feu. Ils passaient plus de temps à penser au mélange des ingrédients qu’à la cuisson proprement dite. On ne pouvait jamais corriger. Capital était donc l’art des proportions ! C’est pour cette raison que la cuisine a toujours été considérée comme un art par les chinois. En 1115 avant J-C, la cour impériale engagea un diététicien qui était en même temps chef de cuisine.

Source: Jean-françois Revel – Un festin en parole.
Photo : Culture confiture # 1:</p><br /><br /> <p>La cuisine chinoise doit faire face à la pauvreté de combustible. La rareté du bois a conduit les cuisiniers chinois à élaborer des procédés permettant de cuire un plat en 10 ou 15 minutes sur la braise ou le feu. Ils passaient plus de temps à penser au mélange des ingrédients qu'à la cuisson proprement dite.<br /><br /><br /> On ne pouvait jamais corriger.<br /><br /><br /> Capital était donc l'art des proportions !<br /><br /><br /> C'est pour cette raison que la cuisine a toujours été considérée comme un art par les chinois.<br /><br /><br /> En 1115 avant J-C, la cour impériale engagea un diététicien qui était en même temps chef de cuisine.</p><br /><br /> <p>Source: Jean-françois Revel - Un festin en parole.